Kanchanaburi entre rêve et histoire

Nous arrivons à la gare de Kanchanaburi, le dépaysement est complet. Plus de bruit de circulation, loin de la pollution, on arrive à apercevoir le ciel bleu et contre toute attente il fait un peu plus frais. Nous nous trouvons à environ 2 heures à l’ouest de Bangkok.

On se dirige vers notre Guest House Le Canaan situé près du Terminale de bus de la ville. Chargé de nos affaires, nous filons sous un soleil au zénith. Nous devons nous trouver sur l’artère principale de la ville, nous faisant penser aux grandes avenues américaines, longilignes et à plusieurs voies mais une fois de plus sans cette folle circulation. Est-ce à cause de notre heure d’arriver ou simplement qu’il y a moins de monde que ce que l’on pense ?

La province de Kanchanaburi est restée assez sauvage. C’est un lieu de villégiature des Thaïs, surtout durant les week-ends Cette province offre une nature luxuriante, avec des parcs nationaux où il fait bon se promener, des chutes d’eau parmi les plus spectaculaires du pays et des grottes où vécurent des hommes du néolithique. C’est avant tout pour cela que nous y sommes… La distance à parcourir avant d’atteindre notre point de chute pour les deux prochaines nuits nous a permis de visualiser l’emplacement de nos futures visites. Qui seront : le pont de la rivière Kwaï, un bref passage au cimetière militaire des alliés de Chung Kai et une balade le long de la rivière Kwaï Noi.

Nous voici arrivé à la Canaan Ghest House, petite maison charmante et conviviale. Le coup de cœur est instantané. Nous nous débarrassons rapidement de nos backpacks pour profiter de la cours aménagée. Nous réglons l’administratif avant de commander deux smoothies aux fruits frais préparés par notre hôte.

Rafraichie, nous partons donc faire le tour de la ville en commençant par les berges de la rivière Kwaï Noi afin de rejoindre le fameux pont de la rivière Kwai. Nous apprécions grandement le cadre, les berges sont aménagées et la vue sur les montagnes est plutôt appréciable.

Le chemin est assez long avant d’y arriver, nous nous arrêtons sur une esplanade ou se trouve trois temples qui ne sont pas indiqué sur notre plan de la ville. On décide donc d’en faire le tour pour prendre quelques photos avant de repartir. Sur le pont se trouvant en face des temples, nous sommes surpris par la technique de pêche de deux jeunes du coin. La canne à pêche si nous pouvons la nommer ainsi était composée d’un fusil en bois, dessus était monté un moulinet de canne à pêche traditionnel mais le système de propulsion de la ligne est celui d’un fusil harpon. Assez original non ?

Nous restons avec eux quelques minutes afin d’observer leurs technique de pêche ,et leur dextérité, et après quelques tentatives, les deux jeunes garçons ont réussit à attraper un poisson ! Chapeau car la distance entre la cible et eux été facilement de cinq-six mètres et l’eau de la rivière et plutôt comment dire, boueuse !

peche-particuliere-riviere-kwai
Il est temps pour nous d’accélérer notre pas si nous voulions arriver avant la tomber de la nuit, mais il y a tellement à voir que nous avons du mal à rester sur notre objectif premier qui est bien entendu de rejoindre le pont de la rivière kwai.

En chemin nous passons devant le cimetière de Kanchanaburi, à 2 kilomètres au sud de la ville, sur la rive de la rivière Kwaï Noi, il occupe l’ancien site du camp des prisonniers de guerre de Chung Kai. Ce cimetière est paisible, joliment aménagé et renferme les sépultures de plus de 1 500 combattants. Mais pour être sincère, je ne suis pas un grand adepte de visite de ce genre.

Ces hommes pour la plupart sont morts alors qu’ils n’avaient pas encore mon âge et l’énergie qui se dégage de lieu comme celui-ci prête plus au respect qu’à l’exhibition. Nous le quittons alors le crépuscule fini à nous rattraper mais nous voilà arriver. Le pont est déjà pris d’assaut par des voyageurs du monde entier mais également par des thaïlandais venues eux aussi voir de leurs propres yeux le mythique pont qui à fait couter la vie à beaucoup de personnes.

pont-riviere-kwai
Durant la Seconde Guerre mondiale, le Japon, poussé par ses visées expansionnistes, lance le projet ambitieux de construire une voie ferrée de 415 km à travers la Thaïlande pour rejoindre la Birmanie, et ainsi pouvoir soutenir ses troupes dans la conquête de l’Inde. La voie maritime passant par le détroit de Malacca étant sous la menace des forces alliées, le chemin de fer semblait être la meilleure solution, d’autant que la main d’œuvre ne manquait pas : elle était constituée de 100.000 travailleurs asiatiques (Thaïs, Malais, Birmans, Indonésiens) et de 30.000 prisonniers de guerre Occidentaux (britanniques, hollandais, quelques américains, mais aussi des néo-zélandais et australiens). Environ 16.000 d’entre eux moururent sur ce chantier pharaonique, des maltraitances de leurs gardes japonais, par maladies (malaria, dysenterie) ou dans la dizaine de bombardements américain et britannique que subit le pont en construction. C’est pour cela que cette voie ferrée est appelée Death Railway, le chemin de fer de la mort.

La durée de construction de la voie ferrée, estimée au départ à 3 ans par les ingénieurs japonais fut ramenée à un an et demi par l’armée japonaise. Pour cela, la construction de la voie se fit par les 2 bouts à la fois : du côté Thaï vers la Birmanie, à l’Ouest, et du côté Birman, vers l’Est. Si au début les travaux furent réalisés en terrain pratiquement plat côté Thaï, il en fut tout autrement après la traversée de la rivière Kwaï et coté Birman : très vite, la jungle se densifie et le paysage devient montagneux. Pour juger de l’ampleur de la tâche, il suffit de prendre le petit train qui amène au terminus de Nam-Tok, à 130 kilomètres de là.
Débutée le 16 septembre 1942, la jonction eu lieu à 37 km au sud du col des trois Pagodes qui marque la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie.

Un grand pont métallique de 11 travées fut démonté à Java en Indonésie et amené sur place près du confluent des 2 rivières Kwaï (la Kwaï Yai et la Kwaï Noi) qui ensemble forment la Mae Klong River, à environ 3 km au nord de la ville. Un pont en bois fut d’abord construit. Achevé en février 1943, il assurait le passage durant la construction du vrai pont métallique toujours présent de nos jours.

Si le pont de la rivière Kwaï a un intérêt historique, on ne peut pas dire qu’il soit particulièrement esthétique : il s’agit d’un pont somme toute assez ordinaire, en poutrelles d’acier sur des piliers en béton. Rien à voir avec le pont en bambou du film ! On peut franchir le pont à pied en marchant sur la voie : des plateformes, régulièrement situées, permettent de s’écarter pour laisser passer le train ! Mais rassurez-vous, ils sont peu nombreux et passent au ralenti !

rail-pont-riviere-kwai

Il est temps pour nous de rentrer et de trouver un endroit ou se rassasier. Nous mangeons assez régulièrement sur les marchés ou les Streets Food depuis notre arrivé en Thaïlande, et nous voulons expérimenter de nouvelles choses. Le chemin nous menant à notre logement passe devant un restaurant assez plaisant par son principe de dégustation culinaire. Il me sera impossible de vous donnez son nom mais je peux vous dire qu’il a fait notre bonheur deux soirs de suite. Son principe reste assez simple, vous composez votre propre soupe de noodle ou votre soupe de riz avec les ingrédients de votre choix. Le tout est cuit dans un pot en terre cuite posé sur un lit de braises. Je vous laisse imaginer les saveurs que procures ce plat à la fois simple et nutritif.

bol-soup-kanchanaburi
Nous sommes prêt à aller nous reposer, car demain nous partons tôt pour un petit trek dans le parc national Erawan qui tire son nom du mythique éléphant de la mythologie thaïlandaise et profiter bien entendu des Errawan Waterfalls »

Où dormir :

Nous avons dormi dans une Guest house appelé le Canaan pour 540bath pour deux personnes et deux nuits ce qui fait 14€.
Cette Guest House se trouve à quelques rues du Terminal de bus donc plutôt très pratiques.

Comment se rendre de Bangkok à Kanchanaburi :

Le plus pratique simple est moins chère se sera le train, il vous coutera environ 200bath par personne car nous avons choisi un train qui fait différent arrêt pont de la rivière Kwaï et cimetière etc…

Nos articles sur la Thaïlande

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

© On est bien ailleurs 2016-2017. Tous droits réservés. Design, textes et photos par Chrys Boraschi & Jérémy Marion, sauf si spécifié.