J’en veux Angkor, Siem Reap.

    Nous voici au Cambodge, la deuxième étape de notre trip en Asie. Nous atterrissons assez tôt dans la fameuse ville de Siem Reap afin de pouvoir profiter des impressionnants temples d’Angkor. La ville est assez grande, nous préférons donc trouver un logement le plus proche possible du site historique afin de pouvoir faire facilement les trajets en vélo. Nous avons décidé de rester trois jours sur Siem Reap dont au moins deux jours complet sont réservés à la visite du site archéologique. Le premier jour nous permettra de faire un tour dans la ville afin de s’y repérer mais également de la visiter.

    La température est vite montée pendant que nous marchions en direction de notre guest house et il est encore très tôt. Nous avons convenue de faire les temples et la visite de la ville en vélo afin d’être plus libre et de pouvoir profiter à notre rythme et non pas selon le bon vouloir du chauffeur de tuk-tuk.

    Pas de temps à perdre, il est déjà presque 9 heures du matin quand nous quittons la guest house en direction d’un temple non loin de là.

    Wat Tmey (Killing Fields)

    Ce temple rend hommage aux victimes des Kmers Rouges, de grands panneaux explicatifs permettent une visite plus simple. La visite se fait tout de même très rapidement, mais nous avons pris le temps de nous asseoir sur un banc et d’observer les jeunes enfants jouer avec des cerfs-volants fait main !

    Nous avons continué notre chemin vers le centre ville en suivant les canaux jusqu’à atteindre la fameuse rue Sok San Road où se regroupe les bars et restaurants appréciés par les voyageurs du monde entier. Nous nous perdons dans les rues aux alentours afin de nous imprégner de la vie du coin. Nous mangeons un bout dans un petit restaurant et nous continuons notre chemin en remontant en direction du musée d’Angkor pour y acheter les billets d’entrée du site historique. La journée se termine et nous profitons du soleil couchant pour boire un verre en terrasse avant de rentrer pour préparer les deux jours à venir car nous comptons nous lever très tôt pour admirer le levé de soleil sur le temple d’Angkor.

    J’en veux Angkor !

    C’est parti pour LA découverte des temples d’Angkor ! Un rêve de gosse va bientôt se réaliser et je suis impatient d’y être. Il est 4 heures du matin, il fait encore nuit et il n’y a personnes dans les rues. Lampes frontales et appareil photo sous le bras, nous enfourchons nos bicyclettes d’un autre temps en direction des temples. La distance se fait assez facilement malgré qu’il fasse nuit, et les quelques véhicules qui nous dépassent illumines le chemin.

    Nous y voilà, et nous ne sommes pas les premiers à nous être levé tôt pour admirer le soleil se lever sur le temple. Nous nous plaçons stratégiquement afin de pouvoir immortaliser cet instant que nous verrons peut être qu’une seule fois dans nos vies. Le moment est arrivé, l’aurore commence à apparaitre et il nous reste plus qu’à attendre que le soleil illumine le ciel de ses couleurs vives. C’est vraiment un moment incroyable, presque hors du temps ou tout le monde reste silencieux et admire le levé de soleil sur les vielles pierres d’Angkor Vat.

    (Nous n’avons pas visité Angkor tout de suite, nous avons préféré faire les autres temples pour éviter les très nombreux et gentils touristes Chinois. Mais pour plus de clarté dans l’article je préfère en parler ici.)

    Un peu d’histoire

    Angkor Vat est le plus grand des temples du complexe monumental d’Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que « temple d’État » et capitale. Temple le mieux préservé d’Angkor, l’une des plus grandes villes médiévales du monde, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation.

    Le temple est l’archétype du style classique de l’architecture khmère. Il est devenu le symbole du Cambodge et figure sur son drapeau national. Il est le principal lieu touristique du pays. À l’intérieur d’une douve et d’un mur externe de 3,6 km de longueur se trouvent trois galeries rectangulaires, chacune construite l’une à l’intérieur de l’autre. Au centre du temple se dressent des tours en quinconce. Contrairement à la plupart des temples d’Angkor. Angkor Vat est orienté vers l’ouest, probablement parce qu’il est orienté vers Vishnou Dieu hindou avant de devenir un site religieux bouddhiste.

    Le temple est admiré pour la grandeur et l’harmonie de son architecture et les nombreux bas-reliefs qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde. Il donne également des indices sur l’important système hydraulique d’Angkor. Il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Merci Wiki.

    Le Déclin d’Angkor Vat.

    Les raisons du déclin sont incertaines. Cependant, la concurrence du puissant royaume du Siam voisin basé à Sukhothaï, semble avoir accéléré la volonté de la Cour d’Angkor d’aller s’installer à Phnom Penh aux alentours de 1431.

    Malgré l’abandon d’Angkor, l’empire Khmer était alors encore très puissant. Et la région a continué à être habitée. Mais, aucun nouveau temple ne verra plus le jour. Et un seul d’entre tous ne sera jamais abandonné et sera toujours l’objet de cultes, c’est bien Angkor Vat.

    Nous nous sommes longuement baladés dans l’enceinte avant d’aller voir de plus près le fameux temple. L’architecture est fascinante, et me rappel celle des temples de Sukhothaï et d’Ayutthaya en Thaïlande. Il y a des passages et des recoins de part et d’autre, de plus et c’est un vrai avantage, vous êtes totalement libre de faire votre visite comme bon vous semble. Il y a très peu de restrictions ce qui vous donne une totale liberté de déplacement. Toutefois le manque de contrôle permet à certains individus d’en profiter pour ne pas respecter les monuments comme par exemple escalader ou poser ses pieds sur les bas-reliefs pour le temps d’une photo souvenir.

    Baksei Cham Krong

    Le Baksei Cham krong est un temple hindouiste. Ce temple pyramide, construit probablement par Harṣavarman Ier au début de Xe siècle et terminé par Rajendravarman II en 947, est dédié à Shiva dont il abritait une grande statue dorée.

    Le Bayon

    Nous avons commencé notre visite par le Bayon, le fameux temple aux 216 visages énigmatiques. Nous étions les seuls pendant quelques longues minutes et se fut très agréable d’arpenter les ruines sans tomber nez à nez avec une autre personne. Nous avions véritablement l’impression d’être les premiers à l’explorer. Ce temple nous à vraiment marqué par son originalité, il fait parti des plus beau temple que nous avons eu la chance de voir au Cambodge.

    Le Bayon est le temple central de l’ancienne ville d’Angkor Thom c’est le dernier des « temples-montagnes » du site d’Angkor, bâti par Jayavarman VII, restaurateur de la puissance du royaume khmer d’Angkor après l’invasion des Chams.
    Sa décoration est d’une exceptionnelle richesse, à l’apogée de l’art bouddhique mahāyāna. Ce fantastique monument, avec ses tours à visages, fut dédié par le souverain au Bouddha dont il diffusa la doctrine.
    Le nom de Bayon dérive du pâli Vejayant (sanskrit Vaijayant) désignant le palais céleste du dieu Indra dont, selon la légende fixée par écrit en moyen-khmer, le Bayon est le reflet terrestre.

    Baphuon

    Une fois la visite du Bayon terminée, d’ailleurs nous avons eu de la chance car au moment du départ, un groupe de visiteurs est arrivés, nous nous sommes dirigés vers le Baphuon. C’est vraiment un temple impressionnant de part sa disposition et de part sa taille. Pour y accéder il faut passer sur un longue allée processionnelle de plusieurs mètres se qui donne le temps d’observer la structure pyramidale. Nous sommes d’abord montés au sommet afin d’admirer la vue puis nous sommes descendus en prenant le temps de nous balader dans chaque pièces du temple. Ce temple doit être en haut de votre liste des visites, il reste un chef d’œuvre de restauration et d’architecture.

    Le Baphuon fut construit vers 1060, sous le règne de Udayādityavarman II, qui régna de 1050 à 1066, à la gloire de Shiva. Il fut un temple d’État, connu comme la « montagne d’or ».
    Le Baphuon est une pyramide à cinq gradins de 145 mètres sur 150, composée de 300 000 pièces de grès de 500 kg chacune, toutes sculptées et uniques.
    Ses bas-reliefs en cartouches racontent notamment le Ramayana. On suppose qu’il était jadis entièrement couvert de plaques de bronze, afin de faire ressembler la colline artificielle au mont Meru.
    Il se dressait au sommet d’une colline artificielle, mais avait pratiquement disparu avant d’être dégagé et consolidé en plusieurs étapes de 1908 à 1918, par l’École française d’Extrême-Orient.

    D’importants éboulements, notamment en 1943, ont obligé à reprendre la consolidation en 1950. À la fin des années 1960, il est décidé de démonter le temple bloc par bloc en les numérotant : cette opération d’anastylose doit durer dix ans. La guerre civile cambodgienne (1967-1975) interrompt les travaux en 1971, et les différents relevés et archives sont détruits. Le conflit indochinois (1978-1999) qui suit provoque la fin du projet, et les ruines du Baphuon sont laissées à l’abandon.
    Envahi par la végétation, il est en restauration depuis 1995. L’inauguration du Baphuon restauré a eu lieu le 3 juillet 2011.
    Le temple a la particularité d’avoir subi un profond remaniement (très postérieur à sa construction, peut-être au XVe siècle) dans sa structure pour constituer un gigantesque Bouddha couché, au deuxième étage de la face arrière (ouest).

    Preah Khan

    Toujours dans la tranquillité, nous atteignons le Preah Khan. Ce temple nous donne un premier aperçu de la puissance de la nature. Deux arbres géants ont poussé sur la toiture d’un gopura. Leur grande hauteur et leur position inclinée défient les lois de l’équilibre, car ils sont uniquement « amarrés » par leurs longues racines qui coulent de la toiture pour serpenter ensuite sur le sol. Les bas-reliefs sont extraordinaires et très bien restaurés.

    En traversant le temple et en se dirigeant vers le fond, nous sommes tombés sur un petit ponton donnant sur le lac artificiel.

    De jeunes garçons s’amusaient avec des scarabées rhinocéros et nous on guidé dans le temple pour nous montrer ou ils les avaient trouvé. Comment dire non à de si beaux sourires ! Il est mon deuxième temple coup de cœur du Cambodge.

    Neak Pean

    Pour rejoindre le temple, il faut passer par un long ponton traversant un lac artificiel. Ce dernier servait aux rites de purification.

    L’ensemble du site était lui-même au centre de l’immense baray de Preah Khan de 3 km sur 900 m, aujourd’hui asséché et envahi par la végétation. Le site est supposé représenter l’univers dans la cosmogonie khmère, avec le mont Meru au centre des quatre océans, à moins qu’il s’agisse d’une réplique d’un lac mythique et sacré de l’Himalaya, source des quatre grands fleuves d’Asie.

    Ta Som

    Nous rejoignons le Ta Som, un petit temple bouddhique lui aussi qui renferme en son sein un gigantesque banian recouvrant presque en totalité l’un des accès à l’édifice en pierre.

    East Mebon

    Le East Mebon est un temple datant du Xe siècle. Construit sous le règne du roi Rajendravarman II, il est construit sur ce qui était une île artificielle au centre d’un réservoir aujourd’hui à sec. De grandes marches permettent d’atteindre le sommet du temple afin d’admirer la vue sur le parc historique. Après y avoir fait le tour, nous enfourchons de nouveau nos vélos afin de rejoindre le Prè Rup, le prochain temple sur notre route.

    Prè Rup

    Ce temple est très agréable à visiter. Il faut escalader les nombreuses marches menant au sommet, pour admirer la vue qui est très intéressante. Le site d’Angkor est vraiment grand et très plat. La vision y est presque sans fin.

    Banteay Kdei

    Le Banteay Kdei (littéralement « la citadelle des cellules monastiques ») est un temple d’inspiration bouddhique édifié par Jayavarman VII vers 1185. Ce monument a eu une histoire mouvementée, son édification a certainement utilisé des éléments antérieurs, puis il fut victime de nombreuses retouches et destructions dues à la réaction shivaïte après la mort de Jayavarman VII.

    Envahi par la végétation, le temple, malgré les travaux de dégagement, est encore occupé par de gigantesques fromagers dont les racines minent l’édifice à plusieurs endroits.
    De nombreuses représentations, notamment des têtes de Bouddha, ont été découvertes enterrées lors des travaux de restauration.

    Prasat Batchum

    De nouveau en selle, nous nous dirigeons vers le Prasat Batchum. Le trajet pour l’atteindre fut très agréable, loin du tumulte touristique, nous traversons la campagne environnante observons la vie des cambodgiens s’affairent dans les rizières. Le temple est en très mauvaise état, nous en retenons surtout le chemin pour y accéder.

    Prasat Kravan

    Ce petit temple édifié en 921 pour le culte hindou, renferme en son sein, de belles fresques qu’il serait dommage de raté. D’aspect extérieur cet édifice ne parait pas très majestueux mais il serait dommage de manquer ce qu’il renferme.

    Ta Prohm

    Ta Prohm fait partie de nos temples coup de coeur à Angkor. La végétation a reprit sa place et on a l’impression d’être les premiers à le découvrir. Il y a des passages de partout allant d’une salle à une autre. Vous pourrez voir une tête de bouddha entrelacée par les racines des énormes fromagers qui entourent également les portes et les murs des différents éléments qui compose ce temple.

    Ta Prohm a servi à plusieurs reprises de décor dans le film Lara Croft tourné au début des années 2000, d’ailleurs c’est aussi le nom non officiel qu’il porte « le temple de Tomb Raider ».


    Je vous conseil de le visiter très tôt le matin ou en fin de journée quand les tours opérateurs quittent le site avec leur armée de touristes Chinois qui généralement font la visite du site en une seule journée.

    Terrasse aux éléphants, le Palais Royal et la Terrasse du Roi Lépreux

    Nous avons apprécié déambuler parmi les ruines de ces trois différentes structures. La terrasse du Roi Lépreux nous a fait penser à un labyrinthe où chaque visages gravés dans la pierre nous observer.

    Voici comment nous avons organisé nos visites sur les deux jours :

    Jour 1 :

    • Levé du jour sur les remparts extérieurs de Angkor Vat
    • Baksei Cham Krong
    • Bayon
    • Baphuon
    • Preah Khan Temple
    • Neak Pean Temple
    • Ta Som Temple
    • East Mebon
    • Pre Rup
    • Banteay Kdei
    • Bat Chum Temple
    • Kravan Temple

    Jour 2 :

    • Levé de soleil sur le temple d’Angkor
    • Visite du temple d’Angkor
    • Ta Prohm
    • Terrasse aux éléphants, Palais Royal et Terrasse du Roi Lépreux

    Nous avons privilégié le deuxième pour les deux plus grosses visites du site en prenant notre temps de tout admirer. Faire les visites à vélo est plutôt agréable et nous n’avons pas eu l’impression d’aller moins vite que les personnes utilisant un Tuk-tuk. Si vous comptez faire la même chose que nous, prenez des vélos plutôt en bon état car Jérémy à crevé le deuxième jour et nous avons du le faire réparer en chemin ! Petite mésaventure amusante pour moi mais moins pour Jérémy !

    Les prix des entrées :

    Le prix de l’entrée sur le site d’Angkor pour une journée sera de 20$, le forfait 3 jours d’entrée vous coutera 40$ et 60$ pour 7 jours de pass. Info pratique sachez qu’à partir du 31 janvier 2017 les tarifs d’entrées vont doublé !
    Pour la visite du site vous aurez plusieurs solutions la plus économique est celle que nous avons choisi, c’est de louer des vélos vous pourrez en trouver à des tarifs allant de 1,5$ à 2$ la journée. Pour ceux qui ne veulent pas pédaler vous avez la solution Tuk-Tuk à 15$ la journée vous pourrez monter jusqu’à 4 personnes. La dernière option sera de louer une voiture climatisée avec chauffeur pour 35$ par jour.

    Où dormir :

    Nous avons choisi de ne pas être situé dans la ville, mais plutôt entre les temples d’Angkor et le centre de la ville.
    L’hôtel où nous avons séjourné se nomme le Mantra Angkor Boutique Villa chambre pour 2 personnes vous coutera 60$ pour 5 nuits avec petit déjeuner inclut.

    Comment se rendre de la Thaïlande au Cambodge :

    Vous avez soit la solution du Bus qui reste la plus économique, à savoir que les routes sont de mauvaise qualité. Ou comme nous de prendre un avion de Phuket et d’atterrir à Siem Reap, cela vous coutera environ 50€ par personne suivant la période à laquelle vous réservez vos billets.

    Nos articles sur le Cambodge

     

    0 réponses

    Répondre

    Se joindre à la discussion ?
    Vous êtes libre de contribuer !

    Laisser un commentaire

    © On est bien ailleurs 2016-2017. Tous droits réservés. Design, textes et photos par Chrys Boraschi & Jérémy Marion, sauf si spécifié.