Phnom Penh La capitale au secret mortel.

La capitale cambodgienne

Une ville grandissante, bouillonnante, à l’image de Bangkok

Phnom Penh et la dernière destination de notre périple cambodgien. Jérémy et moi descendant du bus en provenance de Kampong Cham suivi par nos amis Laura et Sylvain. Le programme des deux jours à venir est chargé, nous devons en premier lieu rendre visite à l’oncle de Sylvain, qui n’a pas eu la chance de voir depuis de longues années. Nous devons également faire un tour au marché couvert puis passer au centre commercial et enfin, dîner avec la famille de Sylvain.

Nous traversons les rues bondées de la capitale pour nous rendre à l’adresse indiquée par son oncle. Sous la chaleur et la pollution causée par les véhicules, nous choisissons la solution de facilité en prenant un Tuk tuk. Le trajet fut vite expédié ce qui ne fut pas plus mal. Arrivé devant l’immeuble, nous montons les quelques marches qui nous séparent des retrouvailles entre un oncle et son neveu. Accueilli chaleureusement, l’oncle de Sylvain nous invite à boire une boisson et à manger à sa table avant de repartir en ville pour le marché couvert. Durant de longues minutes, Les membres de la famille discutèrent de leur vie. L’oncle de Sylvain voulant savoir comment se passe sa vie Parisienne et Sylvain voulons savoir comment se passe sa vie dans la capitale cambodgienne. Silencieusement, nous observons ces dialogues heureux pour notre ami, nous faisons penser toutefois à nos familles se trouvant loin de nous.

Le marché central et le centre commercial

Assis à l’arrière d’un Tuk tuk, nous prenons la direction du marché central afin de trouver quelques souvenirs que Sylvain pourra ramener en France. Le marché central de Phnom Penh est un monumental édifice de style Arts déco et de couleur jaune. Il fut construit dans les années 1930, Il est composé d’un immense dôme et de quatre vastes ailes ou stand de marchandises s’étendent à perte de vue. Le marché central fut rénové en 2009 donnant un style plus moderne au vieux marché existant depuis des années. Un intérieur tout est structuré c’est à dire, les boutiques sont regroupés par type, la partie centrale est réservé aux bijoux et aux petits cadeaux souvenirs, vêtements chaussures et appareils électroniques se trouve dans les ailes tout comme la boucherie et la poissonnerie. Nous nous dirigeons donc directement sous le grand dôme afin de dénicher quelques souvenirs avant de quitter le pays.

L’heure est venue de faire un tour au nouveau centre commercial. Ce gigantesque complexe AEON (Japonais) a ouvert ses portes en 2014 et offre tous les services que nous retrouvons en Europe ou en Amérique. Nous nous baladons en observant les vitrines et en profitant du frais la climatisation. Nous y resterons peu de temps car nous devons rejoindre l’oncle Sylvain pour un repas au restaurant. Mais pas sans une bonne douche rafraichissante.

Dîner à la cambodgienne

Nous sommes donnés rendez-vous au pied de l’immeuble afin d’aller tous ensemble au restaurant. L’on installe sur un toit terrasse autour d’un barbecue ou viandes légumes crépitent sur la braise pendant que nous abreuvons de bonnes bières fraiche t’out en racontant notre journée. Le repas est chaleureux, nous festoyons à ses retrouvailles durant une partie de la soirée avant de rentrer nous coucher. Le lendemain l’ultime visite de notre trip Cambodge est réservé pour le S 21. Nous voulons prendre notre temps pour cette visite car elle retrace l’histoire même du pays.

S 21 prison de Tuol Sleng

L’histoire du S 21 :

Tout commence suite à la défaite de la France durant la guerre d’ Indochine. Les colons ont du fuir le pays occupés tel que le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Suite à cela, des guerres civiles éclatèrent dans ces différents pays, le Vietnam quant à lui subit encore une guerre pour réunifier le nord et le sud (Nord communiste et le Sud capitaliste pro-américain). Nous savons tous que dans les années 70-80 les USA avaient une inversion totale contre les pays communiste. Pendant la guerre, le Vietnam du Nord emprunta les routes du Cambodge pour rejoindre la partie sud. De ce fait les Américains bombardèrent énormément le Cambodge, cela a eu pour conséquence de créer une aversion totale des Américains. Alors que la guerre civile se déroulait dans le pays Khmers deux hommes se disputèrent le pouvoir, l’un soutenue par les Américains et l’autre faisant partie du parti Khmer rouge communiste avec sa tête Saloth Sar plus connu sous le nom de Pol Pot. Suite à la défaite des Etats-Unis contre le Vietnam, le Cambodge fut laissé aux mains des Khmers rouges et c’est ainsi que commença le cauchemar du S-21. Dans l’idéologie Kmers rouge, il n’y a plus de classe sociale, et les personnes ayant une éducation doit être rééduqué et retourner travailler dans les champs.
Le S-21 avant d’être un centre de détention était une école, qui fut réhabilitée et près de 17 000 prisonniers ont été torturés interrogés et tués entre ces murs dans les années 1975 à 1979. Seules sept d’entre eux ont survécu à ces atrocités.

Après le 17 avril 1975, les Kmers rouges et Pol Pot ordonne à tous habitants de Phnom-Penh et d’autres villes de se mettre à l’abri dans les campagnes, en évoquant les bombardements américains sachant que la guerre était déjà finie. Créant ainsi des villes mortes dont il gardait le contrôle, ceux qui refusaient de quitter les villes en désobéissant furent envoyés dans un centre de détention dont le nombre se leva à presque 200 dans tout le pays. Dans ces lieux, se sont retrouvés enfermés des intellectuels, des opposant, des étrangers qui effrayent le régime mais aussi le plus horrible des femmes et des enfants. Pol Pot n’avait confiance en personne il fit même enfermer ses propres partisans.

Lorsque vous pénétrez dans ces lieux, Vous avez d’abord l’impression de vous retrouver dans une école que vous fréquentiez étant plus jeune.

Mais dès que vous vous approchez des bâtiments, vous ressentez que les lieux sont chargés d’une atmosphère glaciale. Vous pénétrez les différentes pièces, ces cellules sont construites directement dans les anciennes salles de cours et ne mesure à plus de 2 mètres carrés. Certaines des pièces de l’école sont des cellules collectives réservées pour y entasser les prisonniers attachés soit a un lit en métal soit directement au sol. Ces pauvres hommes est femmes étaient obligés de faire leurs besoins dans des vieilles boites de munitions.

Dans certaines pièces, il n’y avait qu’un lit en fer sur lequel ont torturé les prisonniers, il restait même parfois des traces de sang et des gravures sur les murs. À l’entrée de la prison se trouve un grand panneau qui regroupe les différentes règles que doivent respecter les détenus. Règles absurdes, obligeant les détenus à rester silencieux durant la torture au risque d’être encore plus torturées.

Dans certaines salles des diaporamas sont installés pour illustrer la violence qui régna en ces lieux. Vous pouvez y observer les kaléidoscopes des prisonniers, des tortionnaires, des infirmières. La visite des lieux dura encore quelques heures, silencieux nous réalisons que cela c’est déroulé il y a tout juste quelques années, cela nous montre que la folie d’un homme se trouvant au pouvoir peut parfois être dévastatrice.


C’est la dernière soirée que nous passerons, le lendemain nous envoleront pour le Vietnam, où de nouvelles aventures nous attendent et surtout un jour de l’an qui s’annonce grandiose dans la capitale vietnamienne.

Les prix des entrées :

Le musée du Tuol Sleng le prix d’entré est de 3$ sans l’audio guide et 5$ avec. Vous avez aussi les killing fiels qui se trouvent en dehors de la ville le prix est de 2$.

Où dormir :

Bien situé dans le centre de la ville la Khemara guesthouse vous coutera 8$ pour deux personnes.

Comment se rendre du Cambodge au Vietnam :

Vous pouvez vous y rendre en Bus cela vous coutera environ 12$ pour aller sur Saigon, nous avons privilégié l’avion ce coup-ci pour nous rendre à Hanoï 100$ pour deux en prenant les billets tôt vous pourrait avoir de meilleurs prix.

Nos articles sur le Cambodge

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

© On est bien ailleurs 2016-2017. Tous droits réservés. Design, textes et photos par Chrys Boraschi & Jérémy Marion, sauf si spécifié.